Archives départementales d'Indre et Loire

Archives 37 Conseil général d'Indre et Loire

Découvrir les archives d'Indre et Loire

Chercher

Apprendre

Accueil | Agenda culturel

>> RETOUR   

Exposition : La ligne de démarcation en Indre-et-Loire (1940-1944)
Exposition : La ligne de démarcation en Indre-et-Loire (1940-1944)
DIR. COM CG 37©
  • La ligne de démarcation toujours d'actualité
à l'occasion de la sortie du film "un sac de billes" et du décès du tourangeau Georges Murzeau.
Le récit de Joseph Joffo, qui est pour la 2ème fois porté à l'écran, évoque le périple de deux enfants juifs et notamment le passage de la ligne de démarcation.

Cette ligne fixée par l'armistice du 22 juin 1940, forme la limite entre la zone dite libre au sud de la France et la zone occupée par l'armée allemande au nord de la France.
Elle parcourt treize départements sur près de 1 200 kilomètres. Non seulement cette ligne coupe la France en deux, mais elle va aussi séparer le département d'Indre-et-Loire en 2 zones selon un tracé, qui au nord-est contourne Bléré, pour rejoindre Reignac , Dolus, Vou , Descartes et la Guerche.

En 2010, l'exposition organisée par les Archives départementales d'Indre-et-Loire avait conduit à la réalisation d'un film qui recueillait 7 témoignages.

Parmi ces témoins, Georges Murzeau, qui âgé de 18 ans en 1940 travaillait à la ferme avec ses parents au hameau de Malicorne à Dolus-le-Sec, situé à environ 3 km à l'ouest de la ligne de démarcation.

Avec une certaine faconde, il avait évoqué les passages de la ligne de démarcation :

les astuces pour éviter d'attirer l'attention
…"Quand il avait un chapeau, on commençait par lui mettre une casquette, pour qu'il ait l'air plus paysan… pour les femmes, ma mère, elle leur prêtait une blouse qu'elle avait pour traire les vaches… une paire de chaussettes et des sabots.

Quand il y avait des enfants…, c'était terrible, pour une raison ou pour une autre, ils avaient faim ou envie de pleurer ou de dormir .
Ils avaient pas peur, ils étaient dans les bras… des fois, il y avait plusieurs femmes qui étaient là avec leurs enfants, car elles essayaient de rejoindre leur mari.

Une fois, c'était la trouille de ma vie… Les Allemands étaient sur la route du Temple et d'un seul coup, je vois une flamme… et là, j'avais une quarantaine de Sénégalais qui s'étaient évadés du camp du Ruchard. On a fait ½ tour… après les Maisons-Rouges, on était sauvé, mais ce n'était pas évident.
C'est une question de 6e sens. Il y a quelque chose, qui vous dit… c'est pas bon."

Georges Murzeau qui en 1941 s'était engagé dans la marine était revenu travailler après la guerre en Touraine. Il résidait à Saint-Avertin, où il est décédé en janvier 2017.

L'exposition La ligne de démarcation en Indre-et-Loire ( 1940-144) fait partie de la quinzaine d'expositions itinérantes , conçues par les Archives départementales et qui sont prêtées gratuitement aux établissements scolaires.

Cette exposition retrace la vie quotidienne des tourangeaux pendant la Seconde guerre mondiales, les complications administratives pour l'obtention des fameux laissez-passer. Elle évoque aussi le monde des passeurs, qui dans une résistance non armée refusèrent les lois de l'occupant, au péril de leur vie.



   Rechercher
   




Mentions légales