Archives départementales d'Indre et Loire

Archives 37 Conseil général d'Indre et Loire

Découvrir les archives d'Indre et Loire

Chercher

Apprendre

Accueil | Nouveautés

>> RETOUR   

Village de Mettray.[10Fi152/26]
Village de Mettray.[10Fi152/26]
AD37©
Diaporama de 2 photos
9 DéCEMBRE 2017
  • Le 9 décembre 1905 était votée la loi de Séparation de l'Eglise et de l'Etat
Art. 28 : Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions.
C'est ainsi qu'à Mettray, commune proche de Tours en Indre-et-Loire, l'enlèvement des emblèmes religieux, à savoir les crucifix qui ornaient les salles de classe font l'objet d'un conflit entre les instituteurs et le maire lors des vacances de Noël l'année suivante.

Le 24 décembre 1906, M.Garin, habitant Tours , envoie au préfet la lettre suivante :

Monsieur le Préfet d'Indre-et-Loire,

Je crois de mon devoir de vous prévenir des intentions de M. Le baron de Renty, maire de Mettray.
Le Christ
[le crucifix représentant le Christ sur la croix] doit être enlevé de la classe [de l'école de garçons et de l'école de filles] pendant les vacances du 1er janvier.

M. le maire a fait savoir qu'il le replacerait solennellement pendant la première récréation qui suivra la rentrée de janvier, c'est-à-dire à 10h ½ et qu'il viendra lui-même vous le faire savoir immédiatement après, réclamant la suspension [de ses fonctions de maire].
Si vous pouviez, au lieu de suspension lui faire flanquer une bonne révocation [le maire est privé de ses fonctions et on doit procéder à une nouvelle élection], je ne sais s'il serait si flatté car il aurait bien des chances de rester sur le carreau.
Je tenais à vous en avertir afin de ne pas être surpris.
Agréez, Monsieur le Préfet, mes respectueuses salutations,


Le 5 janvier 1907, l'instituteur et l'institutrice répondent ainsi au préfet :

Monsieur le Préfet,

J'ai l'honneur de vous informer que d'après votre lettre en date du 4 courant, j'ai enlevé ce soir, vers cinq heures, le crucifix que Monsieur le Maire avait remis hier dans ma salle de classe.
J'ai placé cet emblème religieux en lieu sûr, et j'ai écrit à Monsieur le Maire, pour lui dire que je tenais le crucifix à sa disposition.
Daignez agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de mes sentiments les plus respectueux,


Ce document d'archives est extrait du nouveau dossier pédagogique consacré à la laïcité, mis en ligne sur le site internet des Archives d'Indre-et-Loire, depuis septembre 2017, qui a pour but de parler de manière concrète de la laïcité.

La laïcité est depuis quelques années un enjeu important dans le débat politique mais aussi dans la vie scolaire avec la loi du 15 mars 2004 (encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics) et la mise en place de la charte de la laïcité à l'école en 2013.

Ce nouveau dossier pédagogique tente d'y répondre par le choix de documents qui illustrent des situations vécues autrefois dans les communes d'Indre-et-Loire mais qui ne sont pas loin des préoccupations actuelles : l'interdiction des emblèmes religieux et la liberté de conscience.

>>Pour consulter le dossier pédagogique sur la laïcité, cliquer ici.


   Rechercher
   




Mentions légales