Archives départementales d'Indre et Loire

Archives 37 Conseil général d'Indre et Loire

Découvrir les archives d'Indre et Loire

Chercher

Apprendre

Accueil | Nouveautés

>> RETOUR   

Collections de Touraine
Collections de Touraine
MARS 2018
  • COLLECTIONS DE TOURAINE
Les Archives départementales d'Indre-et-Loire proposent un nouveau portail d'images patrimoniales en ligne.
Les collections d'images des Archives départementales d'Indre-et-Loire sont une véritable mine d'illustration ethnologique et artistique de la Touraine du 16e siècle à nos jours.

Le nouveau portail « Collections de Touraine » est un moteur de recherche iconographique parmi les notices illustrées de plusieurs milliers d'estampes, de dessins, de cartes postales, d'affiches, de photographies conservés aux Archives départementales... Une présentation plus ergonomique qui propose également des parcours thématiques guidés autour de sélections d'images variées allant de « La moustache au Second Empire » aux « Années Scooter ».

On peut aussi découvrir l'histoire de la photographie en Indre-et-Loire avec un calotype représentant une vue du château de Chinon, prise entre 1840 et 1850.

Le calotype (1841-1860)
Cet ancêtre du négatif moderne est un négatif/positif sur papier inventé par William Henry Fox Talbot qui mène ses recherches en parallèle de Nicéphore Niepce et de Louis Daguerre. Il s'agit d'un support papier sensibilisé aux sels d'argent sur lequel est enregistrée une image en négatif lors de la prise de vue. On le met en contact avec le papier salé pour obtenir un positif, appelé “ papier salé ”. Le papier est souvent ciré avant la sensibilisation, ce qui lui donne une meilleure transparence, une meilleure définition, mais sa finesse le rend fragile et cassant. Souvent, le ciel est masqué par un carton ou par de la gouache, ce qui permet d'obtenir un meilleur contraste en empêchant la lumière de traverser les zones claires et de les foncer. Cette technique rare et complexe procure une gamme de coloris variés et autorise le tirage multiple d'épreuves positives. La diffusion de ce procédé breveté en 1841 est amoindrie par celle du daguerréotype, accessible gratuitement en 1839 du fait du soutien de l'État français. Le calotype demeure une pratique artisanale d'amateurs éclairés et ne survit pas à l'avènement de la plaque de verre au collodion au milieu des années 1850. Cependant, ce procédé correspond à l'invention du négatif permettant le tirage multiple et est donc à l'origine du principe même de la photographie.


>>Pour découvrir ce calotype, cliquer ici.



>>Pour consulter le portail Collections de Touraine, cliquer ici.


   Rechercher
   




Mentions légales