Archives départementales d'Indre et Loire

Archives 37 Conseil général d'Indre et Loire

Découvrir les archives d'Indre et Loire

Chercher

Apprendre


>> RETOUR   

 Expo - Ecritures en France

Les écritures en France de la fin de l'Antiquité au 20ème siècle
  • Domaine familier par excellence, l'écriture répond pourtant à une définition complexe.
    Cet ensemble de petits signes conventionnels permet de traduire la parole et la pensée, mais il n'est rendu possible que par un acte graphique qui renvoie au "dessin" d'une lettre.
C'est d'ailleurs l'aspect graphique de l'écriture qui a été privilégié. Les 18 panneaux retracent de manière très vivante l'histoire des écritures en France, du Moyen Age à nos jours, grâce à la richesse des documents manuscrits conservés aux Archives départementales d'Indre-et-Loire.
Une histoire illustrée par le tracé appliqué du moine copiste, l'écriture presque illisible du notaire du 17ème siècle, les effets calligraphiques du maître d'écriture du 18ème siècle, pour finir par l'importance de l'enseignement scolaire de l'écriture au 19ème siècle et son apprentissage auprès du plus grand nombre. Le 20ème siècle est d'ailleurs évoqué. Si la sphère de l'écriture manuscrite se restreint dans le domaine administratif et commercial, elle reste utilisée dans la correspondance privée et l'enseignement, pour lequel elle en demeure d'ailleurs un domaine fondamental.
Présentée de manière attrayante et très pédagogique, cette exposition montre aussi les supports et les outils de l'écriture : parchemin, papier, encre, plumes, utilisés encore de nos jours par les calligraphes.
Cette exposition a été réalisée par Anne Debal-Morche, conservatrice en chef du patrimoine à la Direction des Archives, et Alain Pauquet, professeur missionné par le rectorat d'Orléans-Tours  pour les actions éducatives aux Archives départementales d'Indre-et-Loire.

 

82

 

Supports pédagogiques :

Brochure format A4, reproduction en format réduit des panneaux

Questionnaires adaptés selon les niveaux

Cette exposition peut être complétée par les mallettes pédagogiques sur l'écriture caroline et gothique.

Public concerné :
Ecoles primaires, collèges, lycées

Pour réserver l'exposition :

Télécharger le formulaire de prêt d'exposition

Fiche technique :

19 panneaux 120 x 80 cm (1 panneau de présentation et 18 panneaux sur l'histoire de l'écriture)

Titre du panneauDescription sommaire

1

L'héritage
de l'Antiquité romaine

Au cours du Moyen Age, on continue à utiliser des écritures employées dans l'Antiquité, mais les destinées de ces écritures sont très diverses.

- L'écriture en capitale romaine
- L'écriture rustica
- L'écriture onciale
- L'écriture cursive romaine

2

Les supports
et les outils de l'écriture

- Papyrus, tablette de cire, parchemin et papier
- Calame, stylet, plume d'oiseau et plume métallique

3

Le plus ancien document manuscrit des Archives départementales d'Indre-et-Loire : un diplôme de Louis le Pieux en 837.
Son écriture, régulière et soignée, apparaît comme un compromis entre l'écriture cursive mérovingienne, héritée du monde romain, et l'écriture caroline qui n'existait alors que depuis une quarantaine d'années.

4

L'âge d'or de l'écriture caroline
(9ème-11ème siècles)
L'écriture caroline naît de la Renaissance carolingienne commencée avec Pépin le Bref et son fils Charlemagne. Elle répond à un souci de clarté et de rénovation, afin de remplacer l'écriture cursive mérovingienne devenue trop peu lisible.

5

L'âge d'or de l'écriture caroline
(9ème-11ème siècles)
La caroline de Tours est d'abord adoptée par les ecclésiastiques dont le pouvoir se renforce dans la société carolingienne. Ainsi, à partir du milieu du 9ème siècle, l'écriture caroline est utilisée dans les chartes, mais c'est dans les manuscrits religieux qu'elle est la plus soignée et qu'elle prend tout son éclat.

6

De la caroline à la gothique
(11ème- 12ème siècles)

A partir de la fin du 11ème siècle, les lettres carolines se font moins rondes, les pleins sont moins accentués et leur forme devient plus droite, plus rigide. L'écriture est de plus en plus serrée et les lettres sont parfois liées entre elles.

7

La gothique textura
(13ème- 15ème siècles)
L'écriture gothique va naître d'une déformation de la caroline. Les tracés arrondis se sont brisés, la forme des lettres est devenue anguleuse, de la même façon qu'en architecture, les arcs ont évolué du plein cintre à l'ogive.

8

La gothique cursive
(du 13ème au 16ème siècle)
La cursive n'est pas une "catégorie" d'écriture, mais seulement une façon d'écrire, qui relie les lettres les unes aux autres avec des ligatures plus ou moins développées. Cette forme d'écriture, si courante dans l'Antiquité tardive et abandonnée depuis la naissance de la caroline, revient en force, à partir des 13ème-14ème siècles.

9

La gothique cursive
(son évolution aux 15ème et 16ème siècles)
Dans les livres manuscrits des 15e et 16e siècles, la cursive est plus soignée alors que dans d'autres documents, où le tracé a été fait plus rapidement, on ne retrouve pas le même souci de lisibilité.

10

Les nouvelles écritures de la Renaissance
(15ème-16ème siècles) humanistique et chancelière

En écriture, comme dans l'art, c'est en Italie qu'un renouveau se fait jour dès le début du 15ème siècle . A Florence, on invente l'humanistique, en imitant l'écriture caroline qu'on croit être l'écriture authentique des Romains.

Parallèlement, apparaît une nouvelle forme cursive, l'écriture chancelière, empruntant à la fois à l'humanistique et à la cursive gothique, penchée et ligaturée.

11

L'écriture au 17ème siècle

1. Naissance d'une écriture normalisée : la ronde

En réaction à une pratique de l'écriture chancelière qui tendait à la multiplication des formes cursives et à leur progressive illisibilité, une réforme officielle de l'écriture eut lieu sous le gouvernement du cardinal de Richelieu. Cette écriture qui présente des formes plus rondes et un style plus fluide que la chancelière porte le nom d'écriture de ronde.

12

L'écriture au 17ème siècle

2. Une diversité qui persiste malgré tout

Malgré la diffusion de la nouvelle écriture de ronde, l'écriture chancelière persiste au 17ème siècle, dans les écrits les plus ordinaires, ainsi que dans les registres paroissiaux ou les actes notariés, mais elle devient de moins en moins lisible.

 13

 Modèles d'écriture au 18ème siècle

1. La normalisation insistante des écritures 

 C'est en France que l'art calligraphique connaît son apogée aux 17e et 18e siècles. Les maîtres d'écriture y développent l'écriture comme art de l'éducation. Le plus connu d'entre eux, Charles Paillasson, rédige l'article consacré à « l'Ecriture » dans l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, de Diderot et d'Alembert, paru en 1755.

 14

 L'écriture au 18ème siècle

2. Une calligraphie destinée à l'administration

 L'écriture coulée représente un compromis entre l'écriture de ronde et l'écriture bâtarde. Dès l'arrivée de Colbert, ministre de Louis XIV, on délaisse progressivement la ronde au profit de la lettre coulée, plus facile à écrire et par conséquent plus rapide d'exécution, le souci des secrétariats et notamment des greffiers et des notaires étant de gagner du temps dans l'expédition des écritures.

 15

 L'éclectisme des écritures au 19ème siècle Les écritures utilisés dans la première moitié du 19e siècle apparaissent d'abord en continuité avec celles du 18ème siècle, mais très vite s'affirme l'éclectisme qui associe différents types d'écriture.
L'écriture cursive du 19ème siècle, appelée aussi anglaise est une écriture liée, , elle se propage en Europe au 19ème siècle en liaison avec le rayonnement économique et commercial de l'Angleterre.
 16

 L'enseignement scolaire de l'écriture
 à la fin du 19ème siècle 

 L'apprentissage de l'écriture fut une des grandes missions de l'enseignement scolaire sous la IIIème République. Les programmes officiels de 1882 précisent que le temps consacré aux exercices d'écriture proprement dits serait d'une heure au moins par jour dans le cours élémentaire et qu'il se réduirait graduellement à mesure que les devoirs, les dictées ou les divers exercices pourraient en tenir lieu.
 17

 L'écriture au 20ème siècle

 

 L'alphabétisation massive, jointe à la révolution des transports, suscite avant l'arrivée du téléphone, un engouement grandissant vis à vis de la correspondance, d'où l'essor fulgurant du nombre de lettres et la vogue de la carte postale au début du 20ème siècle.
Différentes écritures vont être utilisés conjointement ou successivement dans les établissements scolaires. L'anglaise continue à être l'écriture de référence jusqu'au milieu du 20ème siècle; complétée par l'écriture dite scripte ou "bâton".
 18 L'écriture au 20ème siècle De nouveaux outils : stylos-plumes et stylos à bille sont utilisés pour écrire.
Au début du 20ème siècle, l'arrivée des machines à écrire dans l'administration associée à l'imprimerie restreint l'utilisation de l'écriture manuscrite pour les documents administratifs et commerciaux.
L'écriture manuscrite reste utilisée pour la correspondance privée, dans l'enseignement, et pour tous les documents administratifs qui ne peuvent passer dans la machine à écrire. L'usage privé de l'écriture manuscrite se rétrécit de plus en plus, au profit de la communication téléphonique (dernier tiers du 20ème siècle) et de la messagerie électronique (à partir de 2000).


   Rechercher
   



Mentions légales