Archives départementales d'Indre et Loire

Archives 37 Conseil général d'Indre et Loire

Découvrir les archives d'Indre et Loire

Chercher

Apprendre


Fiche généalogie
Comment faire une recherche généalogique 
  • C'est grâce aux registres paroissiaux et d'état civil que vont débuter les recherches généalogiques ...

La collection de ces registres consultable sur le site Internet des Archives départementales d'Indre-et-Loire, en salle de lecture ou à distance.  

 

A consulter pour commencer la recherche, le support de l'un des ateliers des Samedis des Archives, réalisé en octobre 2015 et consacré à la généalogie.

 

  • Les registres paroissiaux et d'état civil
Les registres paroissiaux :

En 1539, l'ordonnance de Villers-Cotterêts oblige les curés à tenir des registres des baptêmes. L'ordonnance de Blois de 1579 étend cet enregistrement aux actes de mariage et aux sépultures.
Le Code Louis généralise, en 1667, la tenue des registres en double exemplaire : l'un reste dans la paroisse, l'autre est transmis au greffe du juge royal. Mais c'est en 1736, à la suite d'une ordonnance royale, que cette pratique s'est véritablement instituée.

>> Registres paroissiaux numérisés

Les registres d'état civil :

La laïcisation de l'état civil intervient en septembre 1792 : les anciens registres paroissiaux sont alors confiés aux municipalités et c'est le maire qui dorénavant tient les  registres des naissances, mariages et décès, toujours en double exemplaire.

Les Archives départementales conservent
-d'une part la collection dite du greffe, provenant du tribunal, comprenant les registres paroissiaux établis en double à partir de la fin du 17e siècle, et les registres d'état civil de toutes les communes d'Indre-et-Loire (sous-série 4 E)
- d'autre part la collection dite «  communale », provenant des communes de moins de 2000 habitants ayant déposé leurs archives, comprenant les registres, établis dès le 16e siècle (série E-dépôt).

>> Registres d'état civil numérisés

 

  • Comment chercher ?

Pour retrouver un acte, il faut connaître au moins la commune dans laquelle il a été établi.

Les registres paroissiaux et d'état civil sont classés par commune, puis, au sein de chaque commune, par ordre chronologique.

>> 4E Doubles des registres paroissiaux et des registres d'état civil (pdf)

Des relevés des mariages d'Ancien Régime réalisés par le Centre généalogique de Touraine et consultables sur postes informatiques en salle de lecture des Archives départementales permettent de retrouver un acte dont on ne connaît pas la date précise. Vous pouvez également vous adresser directement au Centre généalogique qui réalise également des relevés pour les autres types d'actes, et peut réaliser des recherches sur plusieurs communes.

Les recherches dans l'état civil moderne sont facilitées par l'usage des tables décennales qui accompagnent les registres depuis 1792. Elles reprennent, pour chaque catégorie d'actes et dans l'ordre alphabétique, les noms des personnes citées dans ces actes et la date de l'acte.

Les tables décennales de l'état civil de tout le département ont été numérisées et sont accessibles sous cette forme en salle de lecture et à distance.

>> Tables décennales de l'état civil numérisées

  • Autres sources
Les archives des notaires
Ces documents sont très précieux pour retrouver la trace d'un ancêtre ou approfondir la connaissance de son mode de vie. Les contrats de mariage et les testaments sont directement liés à l'histoire des familles ; les actes de vente ou de constitution de rentes, les baux ou les inventaires après décès permettent de cerner le patrimoine d'une personne.

>> Comment faire une recherche dans les archives notariales
Les recensements de population

A partir de 1836, des recensements ont lieu tous les 5 ans. Dans chaque commune, on dresse alors une liste nominative des habitants. Cette liste suit un ordre de présentation par quartier, puis par ménage ; pour chaque personne sont indiqués ses nom, prénom, profession, situation dans le ménage, âge et d'éventuelles observations.
Ces listes nominatives de recensement, conservées dans la sous-série 6 M - Population, ont été numérisées jusqu'en 1936.

>> Listes de recensement de population numérisées

A noter : les archives communales déposées au Centre des Archives Contemporaines, conservent également ces listes nominatives de recensement.

A partir de 1946, seules les listes nominatives des communes d'Indre-et-Loire, établies par l'INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques), versées aux Archives départementales d'Indre-et-Loire, sont communicables pour les années 1946, 1954, 1962, 1968 et 1975 (versement 20 W). Elles sont conservées au Centre des Archives historiques, à Tours.
Les bulletins individuels, feuilles de ménage et bordereaux de maison ne sont communicables que dans un délai de 100 ans, sans dérogation possible.

Les listes électorales
A la différence des listes de recensement, les listes électorales ne concernent qu'une partie de la population.
Pour la période 1800- 1940, elles sont conservées dans la sous-série 3 M, au Centre des Archives historiques, à Tours.
De 1815 à 1848, à l'époque du suffrage dit censitaire, les listes électorales ne comprennent que les citoyens les plus imposés, seuls habilités à voter. En 1848, la Seconde République institue le suffrage universel mais celui-ci reste exclusivement masculin jusqu'en 1944.
A partir de 1945, les listes électorales dressées à l'échelon de la commune et versées aux Archives départementales d'Indre-et-Loire par la Préfecture, sont communicables, dans les versements de la série W, en salle de lecture.

Les documents militaires

Avant de commencer une recherche dans les archives militaires, il importe de déterminer les éléments suivants :
- la commune de résidence (domicile légal) du conscrit au moment de ses 20 ans, (l'année des 20 ans du conscrit constitue sa classe de recrutement ),
- de quel canton la commune de résidence relevait,
- de quel bureau de recrutement, la commune de résidence était rattachée, car la circonscription du recensement ne correspond pas aux limites du département.

Ainsi à compter de la classe 1901, le département d'Indre-et-Loire dépend de 3 bureaux de recrutement : Tours, Châtellerault (Vienne) qui inscrit les appelés du canton d'Azay-le-Rideau, de L'Ile-Bouchard, de Richelieu et d'une partie de celui de Sainte-Maure-de-Touraine, Le Blanc (Indre) qui inscrit les appelés du canton de Loches.
Les fonds des subdivisions de Châtellerault et du Blanc concernant les cantons d'Indre-et-Loire sont conservés aux Archives départementales d'Indre-et-Loire

Les listes de tirage au sort
Chaque commune établit un tableau de recensement dans lequel sont inscrits les noms de tous les jeunes hommes d'une même classe ayant leur domicile dans la commune. Ces tableaux sont regroupés au chef-lieu de canton, où le tirage au sort a lieu.
Ces listes cantonales de tirage au sort sont conservées dans la sous-série 1 R.
Le tirage au sort a été supprimé en 1905, sur le principe de l'égalité pour tous devant le service militaire. Le conseil de révision remplace le tirage au sort et l'examen médical des conscrits devient déterminant car seuls demeurent exemptés les jeunes ayant des incapacités physiques.
Les listes départementales du contingent
Elles reprennent, en leur attribuant un numéro départemental, tous les conscrits aptes des listes cantonales. Seules les listes départementales indiquent le régiment d'affectation, utile pour rechercher l'historique du régiment au Service historique de la Défense à Vincennes, surtout avant la création des registres matricules.
Ces listes départementales du contingent sont conservées dans la sous-série 1 R.
Les registres matricules

Créés à partir de la classe 1867, ces registres sont classés chronologiquement par « classe », puis par numéro de matricule. On y trouve pour chaque homme recensé : son état civil, des renseignements sur son physique, sur ses campagnes militaires, ses éventuelles blessures, décorations ou condamnations, ainsi que ses adresses successives. Ils sont consultables sous forme numérique.

>> Registres matricules de recrutement militaire.

Pour retrouver une personne, il faut connaître son numéro de matricule : pour cela, on ira consulter la table alphabétique qui donne pour chacun le numéro de matricule qui lui est rattaché. Les répertoires alphabétiques de 1878 à 1940 sont également numérisés.

 >> Répertoires alphabétiques des registres de recrutement militaire.

Ces registres sont conservés dans la sous-série 1 R et son supplément. Ils ne sont communicables que 75 ans après la naissance de la personne, ou 120 ans si la fiche comprend des renseignements de type médical.

>> Le passé militaire de votre ancêtre du Consulat à 1940.

>> Les dossiers des mineurs pupilles de la Nation.


   Rechercher
   



Mentions légales