Archives départementales d'Indre et Loire

Archives 37 Conseil général d'Indre et Loire

Découvrir les archives d'Indre et Loire

Chercher

Apprendre


AUTREFOIS... LES EXAMENS 

 

Si le mois de juin annonce les vacances, il reste pour beaucoup la période consacrée aux examens, ceux du brevet et du baccalauréat, pour ne citer que les plus connus, mais aussi celui du certificat d'aptitude professionnelle, appelé plus communément CAP.
Comment se déroulait, autrefois, cet examen ? L'exemple des épreuves du CAP de l'année 1936, conservées aux Archives départementales d'Indre-et-Loire dans la sous-série 9M, consacrée à l'industrie, nous apprend que si la société et les métiers ont changé, les modalités de l'épreuve en français et calcul sont restées plus traditionnelles.
Alors, testons nos connaissances.
Saurons-nous résoudre les solutions des problèmes en retrouvant la longueur d'une pièce de tissu, dont on ne connaît que le prix !

Créé par les lois du 25 juillet 1919, dite Loi Astier, et du 29 mars 1928, le CAP est un diplôme d'études secondaires et d'enseignement professionnel qui donne une qualification d'ouvrier ou d'employé qualifié dans un métier déterminé.
Ce diplôme est, avec le BEP, la voie privilégiée aux métiers de l'artisanat.
Il existe actuellement environ 250 spécialités de CAP dans les secteurs industriels, commerciaux et des services.
En 1936, 110 spécialités étaient proposées en Indre-et-Loire.
Parmi elles, une trentaine existe toujours, comme celles de bouchers, boulangers, charpentiers, comptables, cuisiniers, menuisiers, peintres. D'autres ont disparu, comme les métiers liés à des techniques anciennes : chapeliers en pailles, sabotiers et semelliers, taillandiers, ou pour les professions liées à l'habillement : corsetières, stoppeuses, giletières et culottières, lingères et brodeuses, modistes, repasseuses...
 
  • Les professions masculines

La session d'examens eut lieu les 10 et 11 juin 1936. Parmi les candidats inscrits, on relevait 23 ajusteurs mécaniciens, 8 motoristes, 8 serruriers, 7 ébénistes, 7 typographes, 7 électriciens, 5 menuisiers en bâtiment, 5 peintres en bâtiment, 4 tôliers, 4 électriciens en automobile, 3 chaudronniers, 2 tanneurs, 1 couvreur, 1 cuisinier.
Une vingtaine de candidats pour les professions mécaniques étaient apprentis dans les compagnies de chemin de fer, notamment la Compagnie  générale de construction et d'entretien de matériel de chemin de fer, installée à Saint-Pierre-des-Corps.

Il y avait 3 sortes d'épreuves :

1. Les épreuves d'enseignement général : français, calcul, communes aux spécialités masculines

Ex. l'épreuve de français : celle d'un candidat compositeur typographe, qui obtint 16.

 

Epreuve de français
                                                       Cliquer pour agrandir 

 

Le bon apprentissage
Le métier ne peut produire ses excellents effets que s'il a été appris consciencieusement, s'il a été enseigné métodiquement et complètement. Il n'est plus de profession dont l'apprentissage comprenne seulement un enseignement manuel : toutes exigent des connaissances théoriques et même une éducation générale qui justifies la création de cours professionnels, de cours tekniques, d'écoles de métiers, d'écoles pratiques fondées par l'Etat, les communes, les groupements professionnels et certaines entreprises privées.
Les uns sont fréquentés par les apprentis à la fin de la journée de travail, les autres réunissent dans un même établissement l'école et l'atelier.
 
L'épreuve de calcul : celle d'un candidat ajusteur monteur, qui obtint 20.

 

Epreuve de calcul (vignette)
                                                                                          

 

1ère question


Un ouvrier a une feuille de paye qui se présente ainsi
4 journées de déplacement                 x francs
2 journées à Tours                              64 francs

Acompte déjà versé                            80 francs
Assurances sociales                              8 francs

Net à payer     176 francs

Quelle est son indemnité journalière de déplacement ?

SOLUTION : CLIQUER ICI

 

Epreuve de calcul, p.2 (vignette)
                                                                                          

 

2e question

Une plaque circulaire en fer a 45 cm de diamètre et 20mm d'épaisseur. On enlève à la scie, le quart de cette plaque, suivant les rayons 0A et 0B.

Quel est le poids de la partie enlevée, sachant que la densité du fer est de 7,8 ?

SOLUTION : CLIQUER ICI

 

2. Les épreuves de technologie et de dessin

L'épreuve de technologie comportait une dizaine de questions, selon chaque spécialité.

Ex. pour les plombiers :

1. Notion sur le plomb
2. Outillage spécial de l'ouvrier plombier
3. Principaux tuyaux employés dans les canalisations (plomb, cuivre, fer, tôle bitumée)
4. Différentes sortes de joints. Matières employées : amiante, caoutchouc
5. Dire quelques mots sur les différentes sortes de robinets employés en plomberie
6. Parler des intercepteurs hydrauliques, siphons, bandes siphoïdes, tampons hermétiques
7. Enumérer les différentes sortes d'installations des cabinets d'aisance
8. Décrire en détail une installation à effet d'eau
9. Pliage d'un tuyau de plomb
10. Parler des différentes soudures : soudure forte ou brasure

L'épreuve de dessin.

Pour les peintres en bâtiment, dessin d'un panneau indicatif.

 

Epreuve de dessin 1 (vignette)

Epreuve de dessin 2 (vignette)

Pour les tanneurs, dessin des parties utilisées dans une peau de vache pour la confection en cuir et dessin d'une faux à écharner.

 

Epreuve de dessin 3 (vignette)

 

 

 

Epreuve de dessin 4 (vignette)

Pour les serruriers, dessin d'un projet de ferronnerie.

 

Epreuve de dessin 5 (vignette)
                                                                                          

 

Pour les selliers, dessin d'un fauteuil.

 

Epreuve de dessin 6 (vignette)
                                                                                           

 

La 3e épreuve consistait en une épreuve pratique qui durait 8 heures.

 

Sur les 120 jeunes gens inscrits, 77 ont été reçus, soit un pourcentage de 61,6%.
Parmi les candidats reçus, 22 reçurent un prix, consistant en une somme d'argent, de 25f, 50f ou 75f, accordée par le Conseil général d'Indre-et-Loire et la Chambre de commerce de Tours.

 


   Rechercher
   


Mentions légales